entech smart énergies

Entech, la pépite bretonne des énergies renouvelables

Entech, l’art de maîtriser la conversion d’énergie

Des smart grids (réseaux électriques intelligents) aux énergies renouvelables, il n’y a qu’un câble…  Ainsi pourrait-on résumer l’histoire d’Entech. C’est en 2016 que la société est fondée par Christopher Franquet à Quimper.  Fort de son expérience d’une dizaine d’années d’expérience à des postes à responsabilités dans le domaine des smart grids il se lance dans l’aventure de l’entrepreneuriat. L’idée est alors de s’appuyer sur un mix énergétique fait de photovoltaïque, d’éolien et d’hydrolien afin de répondre aux enjeux de transition écologique.

Pour contrer la problématique d’intermittence inhérente à ces sources d’énergie, Entech met au point des systèmes de conversion d’énergie intelligents et stocke l’énergie produite dans des batteries. “Afin d’optimiser ces solutions, nous avons développé, en interne, des logiciels qui permettent cette régulation, de remonter les données liées à nos systèmes, développe Sébastien Thomas, référent hydrogène de l’entreprise. Nous avons également conçu les solutions de diagnostic à distance de nos installations pour faciliter la maintenance.”

Entech et l’hydrogène

Ayant fait de la transition énergétique son leitmotiv, Entech a “commencé à s’investir dans l’hydrogène en 2021, resitue Sébastien Thomas. Nous mettons ainsi nos compétences en matière de conversion d’énergie et d’intégration au service des électrolyseurs ou des piles à combustibles.”

Entech a ainsi travaillé avec l’entreprise H2X Ecosystems sur le générateur G350 à partir d’une pile à combustible alimentée par l’hydrogène. Celui-ci produit, comme son nom l’indique, 350 kW d’électricité. “Nous avons réalisé toute l’intégration dans le conteneur. Nous avons aussi développé son pilotage afin qu’il puisse créer un réseau électrique, détaille Sébastien Thomas. Cela démontre notre maîtrise de la gestion des réseaux électriques et notre possibilité de nous coupler à d’autres générateurs plus classiques pour faire de l’injection de puissance.Nous développons, pour d’autres clients, des solutions de conversion d’énergie différentes que l’on intègre pour des électrolyseurs ou des piles à combustible. Nous convertissons ainsi l’énergie vers les électrolyseurs ou les piles à combustible et la distribuons également vers l’ensemble des auxiliaires.”

 

C-3POe, le projet phare pour approvisionner les sites isolés en énergie

Le générateur G350 n’est pas la seule réalisation pour laquelle Entech et H2X Ecosystems unissent leurs expertises. Entech porte en effet le consortium C3POe. Financé par la Région Bretagne, Lorient agglomération, Rennes Métropole et le Fonds FEDER, ce projet européen vise à apporter de l’électricité renouvelable de manière continue et de l’eau pour différents usages aux îles et sites côtiers isolés. “Constituer une gamme de produits Plug & Play pour une alimentation durable en électricité et en eau, à partir de ressources marines et renouvelables, tel est l’objectif du projet, avance Sébastien Thomas. Ces solutions Plug & Play permettront une installation et une utilisation facilitée par les usagers ainsi qu’une optimisation énergétique.”

Le consortium est ainsi constitué d’Entech, H2X, SLCE Watermakers pour la partie dessalement et l’Université Bretagne Sud pour la recherche. Les produits conçus par le consortium sont des micro-réseaux intégrant des unités de dessalement, d’électrolyse et de batteries. L’eau produite par le dessalement pourra à la fois alimenter les habitants en eau potable et être transformée en hydrogène, via l’électrolyseur, pour stocker l’énergie à moyen terme, en complément des batteries. Les systèmes, totalement autonomes et durables, devront s’intégrer de manière simple (solutions containerisées) pour s’adapter aux ressources et aux besoins locaux en eau et en électricité. Ils devront être facilement exploitables par les localités dans la durée, notamment grâce à des logiciels d’assistance, de pilotage et de diagnostic.

Ces produits s’adressent à des populations côtières ou insulaires de 100 à 1 000 personnes en manque d’eau et d’électricité, permettant de les rendre indépendant des réseaux ou de ressources thermiques ou nécessitant du transport.  Les marchés visés sont les îles européennes, notamment les îles bretonnes, les îles des Antilles, de l’Océan Indien et de Polynésie et les zones côtières d’Afrique et du Moyen-Orient.

 

Projet ZEPH2 : un navire décarboné à propulsion hybride hydrogène

Avec le chantier naval Piriou, Sofresid Engineering et Compositic (Université Bretagne Sud), Entech est également intégrée au projet ZEPH2 coordonné par l’armateur Zéphyr et Borée.

Le projet ZEPH2 a pour objectif de réaliser la conception d’un navire de maintenance en mer ou CTV (Crew Transfer Vessel) à faible empreinte carbone grâce à une consommation énergétique réduite et l’utilisation d’hydrogène pour hybrider la propulsion. Le navire sera décarboné d’au minimum 50%, dépendant du profil opérationnel, par rapport à un navire conventionnel à propulsion diesel.

Les CTV sont des navires de service utilisés pour transférer des techniciens et des équipements sur les éoliennes à des fins d’installation et de maintenance des parcs éoliens en mer. L’étude technique de mise en œuvre permettra notamment de lever les contraintes d’intégration et de sécurité liées à l’utilisation de l’hydrogène à bord du navire et d’optimiser le fonctionnement de l’architecture propulsive dans son ensemble.

Les objectifs et les résultats attendus sont les suivants :

  • Concevoir un navire de maintenance en mer à faible empreinte carbone grâce à une propulsion hybride hydrogène qui pourra fonctionner en mode zéro émission carbonne pendant certaines phases de travail
  • Décarboner l’utilisation de 50% par rapport à une propulsion traditionnelle
  • Optimiser la chaine de conversion électrique hydrogène
  • Etudier la possibilité d’utiliser des matériaux composites pour alléger les superstructures
  • Réaliser une analyse du cycle de vie du navire décarboné et la comparer à celle d’un navire conventionnel à propulsion carbonée

 

Le FEDER, la Région Bretagne, Lorient agglomération et Quimper Bretagne Occidentale financent ce projet en appui sur les pôles de compétitivité : Pôle Mer Bretagne Atlantique et EMC2.

 

Deux solutions de conversion et de distribution pour Genvia

Entech a livré à Genvia, une joint-venture publique/privée entre le CEA, Schlumberger, l’Occitanie, Vinci et Vicat pour permettre l’économie de l’H 2 grâce à la décarbonation de l’industrie, en 2023 deux solutions de conversion et de distribution électrique containérisée, pour leur site pilote de Béziers et le site du CEA à Grenoble.

Les solutions d’Entech équiperont les premiers électrolyseurs Genvia mis en service cette année dans le cadre de son projet pilote, soutenu par l’État via Bpifrance, première étape vers la fabrication à grande échelle d’électrolyseurs haute température pour une production d’hydrogène décarboné à l’échelle mondiale. Entech et Genvia ont signé le 12 octobre 2023 un partenariat stratégique sous forme d’un Memorandum of Understanding (MOU) couvrant la phase industrielle à venir.

Evolutive et compacte, la solution technique développée par Entech assure l’alimentation électrique des stacks de l’électrolyseur depuis le réseau électrique, ainsi que d’autres fonctions essentielles au bon fonctionnement de l’électrolyseur. Cette collaboration permettra d’explorer et de rechercher des solutions avancées d’électronique de puissance pour l’amélioration de l’efficacité de la production d’H2.

Les premiers démonstrateurs Genvia seront capables de produire jusque 600 kg d’hydrogène décarboné par jour, avec des rendements inégalés par rapport aux technologies existantes. Ils sont en cours de déploiement sur les sites Genvia avant un déploiement sur un premier site industriel sidérurgique prévu en 2025. L’objectif pour Genvia est de tester et de valider sa technologie de rupture en électrolyse SOEL (Solid Oxyde Electrolysis) à l’échelle d’un système de taille conséquente et représentative de ses premiers marchés.

 

Les bâtiments résidentiels, éléments actifs du système énergétique ?

Enfin, le projet EVELIXIA vise à soutenir l’intégration des ressources d’énergie distribuées dans les réseaux électriques en démontrant que les bâtiments (résidentiels, tertiaires et industriels) peuvent devenir des éléments actifs du système énergétique capables d’optimiser leur consommation d’énergie en tirant parti de la génération d’énergie sur site, du stockage et des ressources de demande flexible, de participer aux marchés de l’énergie et de contribuer à la stabilité du réseau tout en ne faisant aucun compromis sur l’économie, le confort, la santé ou le patrimoine culturel.

Le démonstrateur, créé par Entech et installé sur le site e-Factory, le siège social d’Entech à Quimper, est un système de stockage hybride composé d’un électrolyseur , de batteries li-ion, d’un stockage d’hydrogène comprimé, et d’une pile à combustible.

Un système de contrôle et de supervision permet d’optimiser le fonctionnement et l’interopérabilité entre tous les composants du système.

Ce système sera utilisé de manière opérationnelle pour l’autoconsommation du site E-factory, siège d’ Entech à Quimper.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


La période de vérification reCAPTCHA a expiré. Veuillez recharger la page.